Avant header

Affaire des terres congolaises prêtées aux Rwandais: c’est quoi le mal ?

141
Affiche début Article

 

L’affaire du contrat des terres prêtées aux Rwandais pour l’exploitation agricole au Sud du pays défraye la chronique à Brazzaville depuis un certain temps. La compréhension de celle-ci reste incongrue dans l’esprit de plusieurs congolais. Simplement, parce que le contrat précisant clairement les détails dudit contrat n’a pas été rendu public. Ce qui fait que cette affaire divise même déjà quelques autorités compétentes.

Depuis quand la coopération Sud-Sud est-elle mauvaise ?
Non! C’est une bonne chose car elle permet aux pays africains pour ce cas présent, de partager diverses expériences dans plusieurs domaines et de susciter leur développement.

D’où part le mal dans cette affaire des terres prêtées au Rwanda ?

Affiche Milieu article 728x90pixel

Le jeu de mots serait à notre humble avis la base de toute cette confusion. Tantôt on entend de la part du gouvernement ” terres prêtées”, tantôt ” terres offertes ” comme Amandine Ndikumasabo, la présentatrice du journal télévisé de RTV au Rwanda qui annonçait le 30 mars dernier les couleurs de cette affaire, ou encore ” terres vendues” comme le citoyen lambda le croit.
Mais qui a raison ?
L’avenir nous le dira.

Entre-temps, l’allure que prend cette affaire préoccupe aussi le Gouvernement. Raison pour laquelle le premier Ministre Anatole Collinet Makosso, accompagné du ministre des affaires foncières et du domaine public Pierre Mabiala et du ministre de la communication et des médias ainsi le porte-parole du gouvernement Thierry Lézin Moungalla se sont rendus dans les localités concernées au sud du pays pour l’exploitation agricole par les Rwandais, question de dissiper le doute autour de ladite affaire. Selon Anatole Collinet Makosso, il s’agit d’une entreprise rwandaise qui viendra pour exploiter les terres congolaises et créer de l’emploi aux congolais comme bien d’autres entreprises qui existent au Congo.
En dépit de cette explication claire et limpide comme de l’eau de roche, le doute plane encore.

Pas plus de deux semaines de cela, c’est Fréderic Bintsamou allias pasteur Ntumi, ancien chef rebelle et ex-haut commissaire à la réinsertion des rebelles dans le Pool qui s’est prononcé sur cette affaire lors d’une prêche devant les membres de son église. Pour lui, c’est inconcevable qu’un Président de la République vende des terres aux étrangers pour l’exploitation afin qu’elles les appartiennent. Il poursuit son propos en manifestant la peur pour le devenir du pays du fait que les Rwandais soient un peuple guerrier dit-il dans son message.
Le doute règne une fois de plus.

En réalité d’une manière ou d’une autre le mal est déjà connu. La terre congolaise étant le présent et le futur du pays pour dissiper toute crainte et incompréhension auprès des congolais, le gouvernement devrait mieux répondre à la question du développement durable face à cette affaire des terres bien que la coopération soit une bonne chose. Pour ce faire, 
Les contrats  provisoires des terres congolaises prêtées aux Rwandais répondront-ils aux besoins du développement présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ?

[ Juslie Lebongui, journaliste]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.