Avant header

L’opération ”coup de poing” reste d’actualité à Brazzaville

50
Affiche début Article

 

Le procureur de la République André Oko Ngakala a dévoilé au cours d’un point de presse le bilan à mi-parcours de l’opération ”coup de poing” lancée depuis le 14 mai à Brazzaville. Suite à ce bilan ,nous avons recueilli ce 06 juin les impressions des populations à propos de cette opération.

”Coup de poing” est une opération qui a pour objectif de traquer les délinquants et d’éradiquer le phénomène du banditisme accompagné quelques fois de tuerie orchestré par les ”bébés noirs” . Ceux-ci perturbent au quotidien tantôt le jour ou la nuit la sécurité et la quiétude des paisibles citoyens dans plusieurs quartiers. Menée conjointement par la gendarmerie et la police depuis quelques semaines, l’heure est au dévoilement du bilan à l’opinion publique.

Après son entretien en début de semaine avec les colonels majors commandants de la région de la gendarmerie de Brazzaville et commandants des forces de police territoriale de Brazzaville, le procureur de la République André Oko Ngakala rassure les populations. << Je peux vous dire que l’opération coup de poing se déroule normalement sur toute l’étendue du territoire national. Nos forces de l’ordre ont travaillé avec abnégation et professionnalisme. Et aucun incident n’a été signalé>> a-t-il déclaré.

Concernant les chiffres à retenir au niveau où se trouve actuellement l’opération, le procureur fait état de la situation.<< 580 personnes ont été interpelées , 247 personnes ont été élargies après enquêtes et 18 personnes reconduites dans leurs pays d’origines. Présentement, 315 personnes sont retenues au site de la police de texaco la Tsiémé. Pendant cette opération, des perquisitions ont été réalisées aux domiciles et cachettes de ces délinquants. Et les forces de l’ordre ont découvert des machettes, des motocyclettes, des armes de guerre avec chargeur, du chanvre indien, et des médicaments…>> a-t-il fait savoir.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Pour le moment, face à l’extrême gravité des faits, des interrogatoires sont en cours en vue de leur déferlement au parquet de Brazzaville. Aussi, les forces de l’ordre poursuivront leur mission jusqu’à l’éradication du phénomène bébés noirs” dans la ville capitale a conclu le procureur de la République.

Ce 06 juin, nous avons interrogé quelques passants au sujet de cette opération à hauteur de mpila , de la gare ferroviaire jusqu’au pont de la Tsiémé. Ces derniers nous ont livré leurs impressions dont nous vous parlons des plus pertinentes. Ce père de famille, en costume qui a requis l’anonymat, en partance du travail en ville << salue le travail que font les forces de l’ordre afin d’assurer la sécurité des populations. Je sens déjà un peu du calme dans mon quartier reculé , c’est bien, que la police et la gendarmerie continuent leur mission. Je les félicite >> nous a-t-il expliqué avec tant d’enthousiasme.

Vers le pont de la Tsiémé, nous avons rencontré Rick, un jeune étudiant. Il mentionne son prénom tout en refusant de nous donner son nom de famille :<< personnellement, j’aime ce qui se fait par la police, c’est leur travail. Je pense que si les forces de l’ordre décident réellement de finir avec cette histoire de bébés noirs, elles le feront>> a-t-il dit en colère comme s’il avait déjà été un jour, une victime de ces bandits.

Au finish, l’opération ”coup de poing” se poursuit à Brazzaville. Cependant, dans l’ensemble une question reste en suspens: quelle correction est-elle réservée exactement à ces bandits une fois déferlés au parquet de Brazzaville au point que nombreux d’entre eux ne veulent guère changer ?

 

Juslie LEBONGUI, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.