Avant header

La santé de l’océan, notre bien-être à tous : le saviez-vous ?

90
Affiche début Article

A l’heure où les décideurs mondiaux sont en quête des solutions palliatives terrestres (par le biais des forêts) pour contrer les changements climatiques et ses désastres, de nombreuses populations méconnaissent sinon minimisent le rôle de l’océan. Malgré de multiples sensibilisations à leur endroit en vue de le protéger et ses diverses espèces marines, beaucoup d’entre elles ignorent encore que menacer l’océan, c’est nuire au bien-être de l’humanité. A cause de l’indifférence de l’homme face au danger du plastique dans l’urgence climatique, celui-ci une fois jeté sur terre est capable d’être emporté par le vent jusqu’à la surface de l’eau. Il peut couler du ruisseau vers la rivière, de la rivière vers la mer pour se stagner quelque part sur l’océan. Les océans jouent un rôle déterminant dans la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre pour la stabilisation du climat de la terre. La santé de l’océan c’est notre bien-être à tous : le saviez-vous ?

Voici les raisons pour lesquelles on doit préserver l’océan.

D’après la conférence des Nations Unies sur l’océan tenue en 2022 à Lisbonne au Portugal, l’océan produit 50% de nos besoins en oxygène, absorbe 25% de toutes les émissions de dioxyde de carbone et capture 90% de la chaleur supplémentaire générée par ces émissions. Il est le « poumon de la planète », il représente aussi son principal « puits de carbone », un véritable tampon vital contre les effets du changement climatique.
Concernant l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, celle-ci dégrade la santé des océans à travers le réchauffement et l’acidification de l’eau, en nuisant à la vie sous-marine et terrestre et en réduisant leur capacité d’absorber le dioxyde de carbone et de préserver la vie sur la planète.

Les bénéfices à tirer des mangroves et des coraux

Les habitats marins comme les herbiers et les mangroves, ainsi que les réseaux tropiques qui leur sont associes ont la possibilité de séquestrer le dioxyde de carbone de l’atmosphère à des taux quatre fois supérieurs aux forêts terrestres. Et ce, à cause de leur capacité à capter et emmagasiner le carbone. Les mangroves jouent un rôle précieux dans la lutte contre les changements climatiques. Elles font partir des écosystèmes les plus riches pace qu’elles stockent en moyenne 1000 tonnes de carbone par hectare dans leur biomasse et leurs sols sous-jacents. Ce qui explique la contribution de ces écosystèmes dans l’amélioration de la santé des ressources halieutiques, à la qualité de l’eau et à la protection du littoral contre les inondations.

Affiche Milieu article 728x90pixel

Les récifs coralliens quant à eux, sont parmi les plus précieux des écosystèmes de la planète sur le plan écologique et économique. Ils occupent moins de 0,1% de la surface des océans, ils abritent plus de 25% de la biodiversité marine et procurent des avantages à près d’un milliard de personnes : protection côtière, produits de la pêche, ressources pharmaceutiques, loisirs et revenus touristiques.

Les aires protégées, il s’agit des zones délimitées en mer dans le but de les conserver à long terme. Elles proposent des meilleures options pour préserver des océans. Selon la plateforme interactive de la protection marine de la planète (Marine Protected Planet Interactive) mis en place par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, PNUE en sigle, les aires marines protégées (AMP) couvrent 6,35 % des océans. Soit presque dix fois plus qu’en 2000. Ce qui relève l’importance d’étendre la superficie pour protéger les récifs coraliens et les mangroves et préserver la résilience des océans face au changement climatique. En République du Congo par exemple, selon la ministre congolaise de l’environnement, du développement durable et du bassin du Congo, Arlette Soudan Nonault, 21 sites sont déjà inscrits au secrétariat des zones clés pour la biodiversité dans le cadre du projet portant le même nom.

L’océan se veut être également une meilleure source d’énergies renouvelables grâce aux sources naturelles comme le vent, l’eau, et les marées qui n’émettent pas de dioxyde de carbone ni de d’autres gaz à effet de serre provoquant le réchauffement climatique. L’énergie éolienne en mer a la possibilité de produire le maximum d’électricité à travers l’usage des technologies éoliennes.

L’action climatique au profit des océans, nécessite la réduction des effets néfastes ou l’abandon des mauvaises habitudes allant à l’encontre de la protection des océans et renforcer ainsi la résilience des écosystèmes et des communautés côtières dont la vie dépend de la santé des océans. Pour votre, cette santé de l’océan étant, notre bien-être à tous, lorsque les raisons pour lesquelles on doit protéger l’océan ne sont pas prises en compte, la pollution par exemple à travers du plastique est capable de produire les microplastiques. Ceux-ci ont plusieurs conséquences quand ils pénètrent dans le corps par voie d’exposition directe, soit par ingestion ou inhalation. En gros, ils peuvent provoquer des troubles de santé tels que les inflammations, la génotoxicité, le stress oxydatif l’apoptose et la nécrose.

Juslie Lebongui

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.